Chargement

Placement sous surveillance judiciaire

Posté le : 29/05/2017

Un homme est condamné à la peine de 15 ans de réclusion criminelle pour assassinat. Dix ans plus tard, le procureur de la République saisit le Tribunal de l’application des peines d’une requête afin d’obtenir le placement du condamné sous surveillance judiciaire, dès sa libération (article 723-29 et suivants du Code de procédure pénale). En vain. Le tribunal ayant rejeté la requête, le procureur de la République avait fait appel de cette décision… mais trop tard. En effet, comme le rappelle la Cour de cassation, le placement sous surveillance judiciaire doit être ordonné avant la date prévue pour la libération du condamné. Or, dans cette affaire, la saisine tardive du Tribunal de l'application des peines n'avait pas permis à la juridiction d'appel de statuer en temps utile.

Voir la décision 

Autres articles

Cours d’assises et enregistrement des débats

Une femme, condamnée à 30 de réclusion criminelle pour tentative d’assassinat et assassinat, reproche aux juges ...

Lire la suite

L’absence des parties civiles importe peu

Un individu, condamné à vingt ans de réclusion criminelle, se pourvoit en cassation.

Lire la suite

Vers l’abrogation de la rétention de sûreté ?

La rétention de sûreté, créée en 2008, peut notamment être prononcée à l’encontre de personnes condamnées à 15 ans et plus de réclusion criminelle et qui présentent une « particulière dangerosité », avec un risque de récidive.

Lire la suite

Prison ferme pour tweets antisémites

Le tribunal correctionnel de Paris vient de condamner à une peine de deux mois d’emprisonnement ferme un homme qui avait tenu des propos antisémites dans 2 messages postés sur Twitter.

Lire la suite

Réparation du préjudice moral des détenus

Après son incarcération en maison d’arrêt, un homme saisit la justice afin d’obtenir la condamnation de l'État à lui verser la somme de 4 900 € en réparation du préjudice moral qu’il a subi, eu égard à ses conditions de détention.

Lire la suite

Comparution sous contrainte et vie privée

Munis d’une autorisation de comparution sous contrainte délivrée oralement par le procureur de la République, des policiers se rendent au domicile d’un individu, susceptible d’héberger la personne convoquée.

Lire la suite

Copyright @ ACTUSITE 2018 - Mentions légales