Chargement

Etat d’ivresse et responsabilité pénale

Posté le : 28/08/2017

Un homme, suspecté dans une affaire, est arrêté et placé en garde à vue. Un contrôle d’imprégnation alcoolique révèle son état d’ivresse. Compte tenu de la situation, l’officier de police judiciaire décide de différer la notification des droits. Placé en cellule de dégrisement, l’homme se livre alors à une exhibition sexuelle. Poursuivi ultérieurement pour cette infraction, l’intéressé se défend en arguant du fait que son taux d’alcoolémie lors de son interpellation l’avait privé de tout discernement. En vain. L'état d'ivresse du prévenu, s'il a justifié le report de la notification de ses droits lors de sa garde à vue, faute de lucidité suffisante pour en comprendre le sens et la portée, ne constitue pas, en soi, une cause d'irresponsabilité pénale.

La décision de justice : https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000035082751&fastReqId=406778697&fastPos=1

Autres articles

Garde à vue : le droit de choisir son avocat

Un homme, placé en garde à vue, demande à être assisté par un avocat de son choix.

Lire la suite

Garde à vue et désignation d’un avocat

Interpellé à son domicile, un jeune homme est immédiatement placé en garde à vue en présence de sa mère. Lors de la notification de ses droits

Lire la suite

Garde à vue et déclarations spontanées

Un homme est placé en garde à vue pour des faits de tentative de meurtre. Avisé de ses droits, il demande à être assisté d’un avocat, lequel lui conseille de garder le silence.

Lire la suite

Absence de notification des droits

Suite à la découverte d’un cadavre, une femme est placée en garde à vue. A l’occasion de ce placement, ses droits lui sont notifiés.

Lire la suite

Nouveau droit pour les gardés à vue

Jusqu’à présent, les personnes gardées à vue pouvaient, si elles le souhaitaient, faire prévenir par la police ou la gendarmerie l’un de leurs proches

Lire la suite

Réparation du préjudice moral des détenus

Après son incarcération en maison d’arrêt, un homme saisit la justice afin d’obtenir la condamnation de l'État à lui verser la somme de 4 900 € en réparation du préjudice moral qu’il a subi, eu égard à ses conditions de détention.

Lire la suite

Copyright @ ACTUSITE 2018 - Mentions légales