Chargement

Caution, attention aux cas d’invalidation

Posté le : 19/02/2018

Sous peine de nullité, la personne qui s'engage doit faire précéder sa signature de la mention manuscrite suivante : « En me portant caution de X dans la limite de la somme de …, couvrant le montant du principal, des intérêts et, le cas échéant, des intérêts de retard et pour la durée de …, je m'engage à rembourser au prêteur les sommes dues sur mes revenus et mes biens si X n'y satisfait pas lui-même » (articles L 331-1 et L 343-1 du code de la consommation). Le cautionnement d'un dirigeant de société au profit d'une banque est annulé car, sur l'acte, il était seulement indiqué qu'il se portait « caution de 240 000 € », au lieu de « caution de la société X dans la limite de la somme de 240 000 € ». Les omissions de l'indication du débiteur principal, des termes « dans la limite de » et de plusieurs conjonctions de coordination articulant le texte et lui donnant sa signification vont au-delà du simple oubli matériel, juge la haute juridiction. Ces irrégularités affectent le sens et la portée de la mention manuscrite obligatoire.

Cass. com. 10 janvier 2018, n° 15-26324

Autres articles

Du droit de savoir qu’on peut se taire

Lorsqu'il a fait application des dispositions de l'article 80-2 du Code de procédure pénale (convocation par courrier) et qu’il procède à la première comparution de la personne qu'il envisage de mettre en examen, le juge d'instruction doit l’informer...

Lire la suite

La protection des épargnants reportée

Protection de l'épargnant : l'entrée en application du nouveau document d'information clé est reportée à 2018.

Lire la suite

Hausse de 0,7 % des plafonds pour l’aide juridictionnelle

Le barème de l'aide juridictionnelle, qui permet de financer totalement ou en partie les honoraires d'avocat en fonction de ses ressources, vient de paraître pour cette année.

Lire la suite

Conseil des prud'hommes : pas de timbre fiscal pour faire appel

Les appels interjetés contre les jugements des conseils de prud'hommes resteront exonérés du timbre fiscal de 225 €, normalement exigé lorsque la constitution d'avocat est obligatoire devant la Cour d'appel.

Lire la suite

Mineur : audition obligatoire des parents

Poursuivis pour des faits d’agressions sexuelles aggravées, deux mineurs écopent, chacun, d’un avertissement solennel. Ils contestent cette décision devant la Cour de cassation.

Lire la suite

Responsabilité pénale des personnes morales

Dans une récente décision, la Cour de cassation est venue réaffirmer le principe selon lequel les personnes morales (à l'exception de l'État), sont responsables pénalement des infractions commises pour leur compte, par leurs organes ou représentants.

Lire la suite